CABINET PSY DE PARIS
CABINET PSY DE PARIS

Petit Lexique Psy

 

ACTE MANQUE

Ce n’est pas l’acte qui est manqué, mais son résultat qui ne satisfait pas celui qui l’a accompli. On parle d’acte manqué pour désigner les conduites que le sujet est habituellement capable de réussir. Freud a montré que les actes manqués étaient, comme les symptômes, des formations de compromis entre l’intention consciente du sujet et le refoulé. Tous les actes manqués ont un sens : ils expriment les pulsions et les intentions que l’on veut cacher à sa conscience. “C’est par eux que l’homme traduit le plus souvent ses secrets les plus intimes;


ACTING

Terme introduit par James Strachey (1945) pour traduire agieren. Le sujet met en acte au lieu de se remémorer (Freud) les souvenirs pathogènes. Les actings surgissent dans la cure lorsqu’il y a défaut ou excès d’interprétation.

 

AFFECT

Du latin affectare, “destiné à un usage”. Terme désignant tout état affectif partiel agréable ou désagréable, à la différence du sentiment qui implique une continuité et une durée plus importante. Freud désigne l’affect comme étant la traduction subjective de la quantité d’énergie pulsionnelle.


AGORAPHOBIE

Du grec agora, “place publique” et phobos, “crainte”. Impossibilité de traverser sans angoisse de larges espaces vides.

 

AMBIVALENCE

Présence simultanée dans la relation à un même objet, de tendances, d’attitudes et de sentiments opposés, par excellence l’amour et la haine.

« On n’a pas attendu la psychanalyse pour savoir qu’une même personne pouvait tour à tour être objet d’ amour* et de haine*. La tragédie, depuis ses origines, ne raconte rien d’autre, qu’il est réservé au plus aimé de devenir un jour l’objet d’une haine indéfectible. Mais l’ambivalence dit autre chose, de plus inacceptable encore : non seulement haine et amour peuvent se retourner l’un dans l’autre, mais il arrive plus secrètement que l’un soit l’autre, indissociablement. L’adulte, parfois, donne un coup de main en posant des questions à rendre l’enfant fou : « Tu préfères qui, papa ou maman ? » La haine gît au cœur de l’amour, et réciproquement, dans l’ignorance de la contradiction. Le bon sein, le sein aimé, est aussi le mauvais, le haï ; il suffit pour cela qu’il se retire. Il arrive que le langage*, son équivoque, donne subtilement à entendre l’ambivalence. Par exemple : « Je ne veux que ton bien…  »

 

 

Retour au haut de la Page



ANALYSE DIDACTIQUE
La psychanalyse que suit celui qui se destine à la profession d’analyste a aussi une visée dite “didactique”. Elle constitue la pièce maîtresse de sa formation. Ainsi ne peut être analyste que celui qui s’est soumis à une analyse de longue durée et qui a expérimenté sur lui-même les effets de l’inconscient.

ANGOISSE
Le sujet est en attente de quelque chose, un danger connu ou inconnu. Il rassemble son énergie pour se défendre et souffre de diverses manifestations somatiques. Angor : angine de poitrine précédant l'infarctus. Peur dans le corps.

Réaction du sujet chaque fois qu’il se trouve dans une situation traumatique, c’est à dire soumis à un afflux d’excitation d’origine externe ou interne qu’il est incapable de maîtriser. Sensations physiques de constriction et d’oppression.

Angoisse de castration . Selon Mélanie Klein, l’angoisse de castration provient de la projection faite par l’enfant de sa propre agressivité. Freud fait de l’angoisse de castration le moteur de la résolution du complexe d’Œdipe chez le petit garçon.

ANXIETE 
Sentiment pénible d'attente, peur sans objet, sentiment d'insécurité indéfinissable.

 

BOULIMIE
Cas de faim morbide. A la nourriture sont associées l’image maternelle et la tendresse. Le sujet cherche à combler un manque affectif.

 

 

Ça
De l’allemand das Es, “le cela”. Chez Nietzsche, le Ça désigne ce qu’il y a dans notre être d’impersonnel et de soumis aux nécessités naturelles. Dans la seconde topique, le Ça désigne l’une des trois instances de l’appareil psychique qui correspond aux pulsions inconscientes, pour une part héréditaires et innées, pour l’autre refoulées et acquises. Du point de vue “économique”, le Ça est le réservoir énergétique ; il exprime la poussée de la libido cherchant à se satisfaire selon le principe de plaisir

 

 

CARENCE AFFECTIVE
Manque ou insuffisance d’affection. Absence ou insuffisance de la relation affective de l’enfant avec sa mère pendant la première enfance. Si personne ne vient remplacer la mère quand son absence dure trop longtemps, on remarque un arrêt du développement physique et une régression généralisée.

 

 

CATHARTIQUE Du grec katharsis, “purification, purgation”. Pour Aristote, c’est l’effet produit chez le spectateur par la tragédie. En psychiatrie, le mot recouvre toute forme de psychothérapie qui recherche la décharge des affects pathogènes et cherche à faire revivre au sujet les traumatismes. Freud, dans ses Etudes sur l’hystérie, a montré que les affects qui n’ont pas réussi à trouver la voie vers la décharge restent “coincés”, entraînant des symptômes. La méthode cathartique a donc pour objet de libérer ces affects. Cette “libération” est l’“abréaction”. Les affects cathartiques se retrouvent non seulement dans la psychanalyse, mais aussi dans la plupart des psychothérapies comme le psychodrame, dans lequel le jeu permet une délivrance des conflits intérieurs.

 

CENSURE
Du latin censura, “charge et exercice du censeur”. Mécanisme psychique qui tend à interdire aux désirs inconscients l’accès au conscient. Terme utilisé par Freud la première fois dans une lettre du 22 décembre 1897 à Fliess. La notion de censure sera ensuite développée dans L’Interprétation des rêves.

 

Retour au haut de la Page

 

 

COMPLEXE D’ŒDIPE
Ensemble organisé de désirs amoureux et hostiles que l’enfant éprouve à l’égard de ses parents. Sous sa forme dite positive, il se présente comme dans l’histoire d’Œdipe-Roi: désir de la mort de ce rival qu’est le personnage du même sexe et désir sexuel pour le personnage de sexe opposé. Sous sa forme négative, il se présente à l’inverse : amour pour le parent du même sexe et haine jalouse du parent du sexe opposé. En fait ces deux formes se retrouvent à des degrés divers dans la forme dite complètedu complexe d’Œdipe.

 

 

COMPULSION

Du latin compulsio, de compellere, “presser, contraindre”. En psychanalyse, la compulsion, dite compulsion de répétition (Wiederholungszwang), est une tendance irrépressible chez un sujet à répéter certains actes ou certaines conduites (lavage des mains, manie des rangements, etc.).Processus incoercible et d'origine inconsciente par lequel le sujet se place activement dans des situations pénibles, répétant ainsi les expériences antérieures sans se souvenir du prototype et avec au contraire l'impression très vive qu'il s'agit de quelque chose qui est pleinement motivé dans l'actuel. Type de conduites que le sujet est poussé à accomplir par une contrainte interne. Une pensée (obsession), une action, une opération défensive, voire une séquence complète de comportements sont qualifiés de compulsionnels lorsque leur non-accomplissement est ressenti comme devant entraîner une montée d’angoisse.

 

 

CONFLIT
Du latin cum, “avec”, et finis, “battre”. Il s’agit pour le psychanalyste de l’opposition entre des désirs contradictoires, ou de la lutte entre un désir et un interdit. Quand le conflit est insoluble, des symptômes névrotiques apparaissent.

 


CONSCIENCE
Du latin conscencia, “connaissance”. C’est l’une des trois instances psychiques de la première topique freudienne, conçue comme un point de rencontre entre le psychisme et la réalité.

 

 

CONSCIENCE DE SOI
C’est l’image que nous élaborons de notre personne, de notre existence, de nos actes, du monde extérieur par rapport à l’idée que s’en font les autres.

 

 

CONTRE-TRANSFERT
Freud introduit cette notion en 1910 pour désigner l’“influence du malade sur les sentiments inconscients du médecin”. Le contre-transfert est donc la réponse inconsciente de l’analyste aux émois provoqués par le patient, et en particulier au transfert que fait celui-ci sur le thérapeute.

 

 

CONVERSION
Du latin conversio, “action de retourner vers”. Transposition d’une excitation psychique en symptôme somatique durable. Défense contre l’angoisse, mécanisme fondamental de l’hystérie. 

CULTURALISME Etude des comportements en fonction des cultures (Kardiner, Head, Linton) (Cf. ethnopsychiatrie, ethnopsychologie) DELIRE Du latin delirare, “s’écarter du sillon”. Grande agitation causée par des émotions, des passions. En psychanalyse, c’est la production psychopathologique de contenus et de formes variés (jalousie, persécution, culpabilité) caractéristique des psychoses. 

 


DENEGATION
Le sujet évoque une idée, un sentiment, tout en niant qu’ils puissent le concerner en quoi que ce soit. Procédé par lequel le sujet, tout en formulant un de ses désirs, pensées, sentiments jusqu’ici refoulé, continue à s’en défendre en niant qu’il lui appartienne. DENI Mode de défense consistant en un refus par le sujet de reconnaître la réalité d’une perception traumatisante. Ce mécanisme est particulièrement invoqué par Freud pour rendre compte de fétichisme et des psychoses.

 


DEPLACEMENT
Mécanisme inconscient par lequel une charge affective (émotion, pulsion) est transférée de son objet véritable sur un autre. Le déplacement est rendu visible en particulier dans le travail du rêve, par lequel “un élément latent est remplacé par une allusion et par lequel l’accent psychique est transféré d’un élément à un autre, peu important, de sorte que le rêve apparaît étrange”. 

 


DEPRESSION 
Du latin depressio. Etat morbide plus ou moins durable caractérisé essentiellement par la tristesse et une diminution du tonus de l’énergie.

 

 

Retour au haut de la Page

 

DYSMORPHOPHOBIE 
Du grec morpho, “forme” et phobos, “crainte”. Phobie se traduisant par des angoisses vis-à-vis de certaines parties de son corps. Se voit souvent à l’adolescence. Communément appelée complexe. ELABORATION PSYCHIQUE Terme utilisé par Freud pour désigner dans différents contextes, le travail accomplit par l’appareil psychique en vue de maîtriser les excitations qui lui parviennent et dont l’accumulation risque d’être pathologique. Ce travail consiste à intégrer les excitations dans le psychisme et à établir entre elles des connexions associatives.


EPILEPSIE 
Maladie nerveuse, caractérisée par des manifestations pathologiques aiguës et transitoires (convulsions). EPREUVE DE REALITE Aptitude qu’acquiert le sujet au cours de son développement à différencier les images dont il est l’auteur de celles qui parviennent du monde extérieur. EROS Dieu de l’Amour chez les Grecs. Freud l’utilise dans sa dernière théorie des pulsions pour désigner l’ensemble des pulsions de vie par opposition aux pulsions de mort (Thanatos). 


EROTOMANIE 
Du grec eros “amour” et mania, “folie”. Illusion délirante d’être aimé. ETAT LIMITE Trouble mental, structure pathologique de la personnalité, se définissant sur le plan nosologique et structural comme intermédiaire ou “à la frontière” entre une structure névrotique et une structure psychotique. FANTASME Du grec phantasma, “apparition, vision, image, fantôme”, dérivé de phainein, “apparaître”. Désirs inconscients du sujet. Le fantasme serait donc un essai détourné et imaginaire pour satisfaire la pulsion. 


LE FAUX-SELF DE WINNICOTT 
Il rend compte de certaines formes de régression dans la cure psychanalytique et d’organisations psychopathologiques entrant dans la cadre des états limites. Dans ces comportements et attitudes, le sujet dès la 1ère enfance se soumet aux exigences de son entourage au prix d’un clivage du self qui laisse persister un vrai self archaïque, privé de moyens d’expressions et de satisfaction, non-élaboré par des échanges avec l’entourage. Winnicott y voit une défense contre la partie malade de la mère qui cherche à rendre malade l’enfant. Dans le clivage du soma et de la psyché, cette dernière est investie par le faux self ainsi coupée des expériences corporelles. Il en résulte des sentiments de futilité, d’inconsistance, de vie ou de rester étranger aux expériences vécues. D’où la nécessité d’aménagement techniques dans la cure psychanalytique.


FANTASME ORIGINAIRE 
Ce terme apparaît dans les écrits de Freud en 1915 : “Il est possible que tous les fantasmes que l’on rencontre dans l’analyse aient été jadis, aux temps originaires de la famille humaine, réalité et qu’en créant des fantasmes, l’enfant comble seulement, à l’aide de la vérité préhistorique, les lacunes de la vérité individuelle.” En psychanalyse, les fantasmes originaires sont ceux qui “décrivent” l’origine du sujet (fantasme de scène primitive), la différenciation sexuelle (fantasme de castration) et la vie sexuelle (fantasme de séduction). 


FETICHISME 
Du latin facticius, “artificiel”. Déviation sexuelle se manifestant par un attachement érotique à un objet (chaussure, culotte, ...) ou l’une des parties du corps d’autrui. Cette perversion se rencontre chez les sujets immatures, fixés à un stade du développement. FIXATION Mécanisme par lequel la libido du sujet s’est attachée de manière “fixe” à un objet d’amour ou à un mode particulier de satisfaction pulsionnelle. Ainsi parle-t-on en psychanalyse de fixation à une image parentale ou de fixation à un stade (orale, anal) de développement libidinal. 


FORMATION REACTIONNELLE 
Attitude psychologique de sens opposé à un désir refoulé et constitué en réaction contre celui-ci. En termes économiques, la formation réactionnelle est un sur-investissement d’un élément conscient de force égale et de direction opposée à l’investissement inconscient. 


FORCLUSION 
De forclore, d’après exclusion. Terme proposé par Lacan pour désigner un mécanisme de défense spécifique de la psychose. Consistant en un rejet du sujet de l’univers symbolique d’une représentation insurmontable et de l’affect qui lui est attaché. 


FRAYEUR PSYCHIQUE 
Afflux d’excitation qui surgit, le sujet ne peut pas élaborer. C’est un amoncellement d’excitation et le sujet est incapable de travailler avec et de lier. C’est un état particulier où l’appareil psychique est incapable de travailler, les excitations sont comme étrangères, elles viennent à l’intérieur du sujet et ressortent dans le rêve, sous la forme de cauchemars, comme si le sujet faisait émerger ailleurs. 


HALLUCINATION 
Perception par un sujet éveillé d’un objet sensible qui n’existe pas dans la réalité. Perception sans objet. HOSPITALISME Terme employé depuis les travaux de René Spitz pour désigner l’ensemble des perturbations somatiques et psychiques provoquées sur des enfants (pendant les 18 premiers mois) par un séjour prolongé dans une institution hospitalière où ils sont complètement privés de leur mère. 

 

Retour au haut de la Page

 

 

HYPOCHONDRIE
Préoccupation excessive d’une personne au sujet de l’état de sa santé. Se rencontre aussi bien dans les névroses que dans les psychoses. Dans le premier cas elle garde habituellement un caractère bénin. Dans le deuxième elle prend une forme délirante. Le délire hypochondriaque peut faire croire au malade qu’il est mort-vivant.

 

 

HYSTERIE

Du grec hustericos, “utérus”. Classe de névroses présentant des tableaux cliniques très variés. Les deux formes les mieux isolées sont l’hystérie de conversion et l’hystérie d’angoisse. IDEAL DU MOI Terme employé par Freud dans le cadre de sa seconde théorie de l’appareil psychique : instance de la personnalité résultant de la convergence du narcissisme (idéalisation du Moi) et des identifications aux parents, à leurs substituts et aux idéaux collectifs. Il constitue un modèle auquel le sujet cherche à se conformer. IDEALISATION Processus psychique par lequel les qualités et la valeur de l'objet sont portées à la perfection.

 

 

IDENTIFICATION

Du latin identitas. Processus inconscient par lequel un sujet assimile un aspect, une propriété, un attribut de l'autre et se transforme, totalement ou partiellement, sur le modèle de celui-ci. Chez l’enfant, par exemple, “s’identifier à son père signifie, en pratique, adopter son mode de parler et d’agir, comme s’il était exactement semblable à lui et n’avait pas d’individualité distincte de la sienne” (Jung). Chez l’enfant, l’identification est une étape de la formation de la personnalité. Celle-ci se constitue et se différencie par une série d’identifications partielles (à telle attitude ou tel comportement particulier) ou totales. L’identification au parent du même sexe signe le déclin du complexe d’Œdipe.


INCORPORATION

Processus par lequel le sujet fait pénétrer et garde un objet à l'intérieur de son corps. Elle constitue le prototype corporel de l'introjection et de l'identification.


INTERIORISATION

Processus par lequel les objets du monde externe acquièrent une représentation mentale permanente, c'est-à-dire que ce qui est perçu est converti en images intrapsychiques.

Processus par lequel des relations inter-subjectives sont transformées en relations intra-subjectives (intériorisation d’un conflit, d’une interdiction...).

 

 

INTERPRETATION

Acte subjectif visant à donner du sens au discours, à la conduite du patient, suivi dans un second temps de l’intervention de l’analyste.

 

 

INTROJECTION 
Du latin intro, “en dedans”, et jacere, “jeter, projeter à l’extérieur”. Processus psychologique par lequel un sujet, notamment un enfant, incorpore de façon imaginaire une personne ou un objet à son Moi ou à son Surmoi. L’introjection est le prototype de l’identification. Ainsi l’introjection des interdits venants des parents ou des éducateurs engendre la conscience morale. Le sujet fait passer, sur un mode fantasmatique, du dehors au dedans des objets et des qualités,  inhérentes à ces objets. L’introjection est proche de l’incorporation qui constitue un prototype corporel mais elle n’implique pas nécessairement une référence à la limite corporelle (introjection dans le Moi...). Elle est dans un rapport étroit avec l’identification. 

 


INTROSPECTION
Du latin introspicere, “regarder à l’intérieur”. Observation d’une conscience individuelle par elle-même.


ISOLATION Mécanisme de défense qui consiste à séparer l’affect de la représentation à laquelle il était originalement attaché. Freud décrit ce mécanisme, pour lui typique de la névrose obsessionnelle, dans Inhibition, symptôme et angoisse (1926).

 


LAPSUS

Du latin lapsus, “action de glisser, de trébucher”. Un lapsus consiste à dire, écrire ou entendre un mot pour un autre. En psychanalyse, c’est la faute d’inattention dans la parole ou l’écriture consistant à dire, lire, écrire ou entendre un mot pour un autre, apparemment par hasard. Le lapsus exprime en réalité, selon Freud, des pulsions et des intentions que l’on veut cacher à sa propre conscience et qui ont leur source dans des désirs refoulés. Freud a mis en évidence le sens caché des lapsus et des actes manqués.

 


LIBIDO
Du latin libido, “désir amoureux, sexualité”, de libet, “il plaît”, il fait plaisir”. Pour Freud, la libido désigne les manifestations dynamiques de la sexualité. Elle se définit par ses sources (zones érogènes), son but (la satisfaction pulsionnelle) et ses objets. Elle peut subir les mêmes destins que les pulsions, à savoir le refoulement ou la sublimation. La libido représente l’énergie vitale du sujet. 


MANIE
Du grec mania, “folie”. Etat d’excitation psychomotrice et d’exaltation de l’humeur, avec euphorie morbide, à évolution habituellement périodique et cyclique, entrant dans le cadre de la P.M.D.

 

Retour au haut de la Page

 

 

MASOCHISME
Terme créé par le sexologue Krafft-Ebing à partir du nom de l’écrivain autrichien Sacher Masoch (1835-1895). Il désigne une perversion sexuelle qui fait dépendre la satisfaction d’une souffrance éprouvée par le sujet. Freud élargira ce concept en distinguant le masochisme moral (le sujet, en raison d’un sentiment de culpabilité, recherche la position de victime et se punit), le masochisme érogène (perversion sexuelle qui lie le plaisir sexuel à la douleur) et le masochisme féminin (fantasmes masochistes qui placent le sujet dans une situation caractéristique de la féminité, “c'est-à-dire, pour Freud, la passivité”).


MECANISME
DE DEFENSE Terme générique recouvrant toutes les stratégies psychiques inconscientes par lesquelles le sujet cherche à protéger son moi. 


MELANCOLIE
Du grec melagkholia, “humeur noire”. Etat morbide caractérisé essentiellement par la tristesse ou la perte du goût de vivre. Le temps vécu étant ralenti, figé par inhibition de la pensée. Lassé, prostré, enfermé dans sa douleur morale,le malade rumine des idées d’indignité, de culpabilité et d’autopunition. Caractéristique de la P.M.D.


METAPSYCHO-LOGIE 
Terme créé par Freud pour désigner la psychologie qu’il a fondée, considérée dans sa dimension la plus théorique. La métapsychologie prend en considération trois points de vue : dynamique, topique et économique. MOI Freud introduit ce concept dans le cadre de sa deuxième description de l’appareil psychique (deuxième topique). Siège de la conscience et aussi lieu de manifestations inconscientes. C’est l’instance du registre imaginaire par excellence dans les identifications narcissiques. Lieu de l’identité personnelle. Lacan en fera une structure imaginaire.


MOI IDEAL
Formation intrapsychique que certains auteurs, la différenciant de l’idéal du Moi, définissent comme un idéal de toute-puissance narcissique forgé sur le modèle infantile. 


NARCISSISME
Amour que l’on porte à soi-même. Freud reprend ce terme aux sexologues, qui l’avaient créé à partir du mythe de Narcisse, amoureux de son image. En 1910, Freud introduit ce terme pour rendre compte du choix d’objet chez les homosexuels. En 1911, il pose l’existence d’un stade de l’évolution sexuelle intermédiaire entre l’auto-érotisme et l’amour-objet. En 1914, dans Pour introduire le narcissisme, il intègre le terme dans l’ensemble de la théorie psychanalytique. Le narcissisme, fixation orientée sur soi-même qui se traduit par un investissement de la libido sur le Moi, est une étape normale du développement de l’enfant. Le narcissisme est chez l’adulte un retour à ce stade archaïque du développement.

 

 

NEVROSE
Du grec neudron, “nerf”. Terme introduit par W. Cullen en 1777 dans un traité de médecine. Les névroses sont des affections psychiques qui perturbent la vie relationnelle et sexuelle du sujet, lequel garde cependant un contact satisfaisant avec la réalité. Elles s’expriment par des symptômes d’angoisse, de dépression, des phobies, des rituels obsessionnels et des somatisations hystériques. Selon la théorie psychanalytique, les symptômes sont l'expression symbolique d'un conflit psychique trouvant ses racines dans l'histoire infantile et constituant des compromis entre le désir et la défense. Conflit psychique qui réalise un compromis entre le désir et la défense.

 


NEVROSE TRAUMATIQUE
Type de névrose où l’apparition des symptômes est consécutive à un choc émotionnel lié à une situation où le sujet a senti sa vie menacée. Elle se manifeste, au moment du choc, par une crise anxieuse paroxystique pouvant provoquer des états d’agitation, de stupeur ou de confusion mentale. Le traumatisme agit comme élément déclenchant et prend une part déterminante dans le contenu même du symptôme ( avec ressassement de l’événement traumatique, cauchemars répétitifs, troubles du sommeil) qui apparaît comme une tentative répétée pour lier et abréagir le trauma.

 


OBSESSION

Conflit psychique s'exprimant par : -des symptômes compulsionnels : idées obsédantes, compulsion à accomplir des actes indésirables, lutte contre ces pensées et ces tendances, rites conjuratoires, etc., -mode de pensée caractérisé par la rumination mentale, le doute, les scrupules et qui aboutit à des inhibitions de la pensée et de l'action.

 

 

PARANOIA

Du grec para, “contre”, et nous, “esprit”. Sentiment de persécution. En psychanalyse, c’est une psychose chronique caractérisée par un délire à base d’interprétations erronées de la réalité. Le caractère paranoïaque est fondé sur quatre éléments : hypertrophie du moi, méfiance, fausseté du jugement, inadaptabilité sociale. La présence de ce caractère n’implique pas forcément celle de la psychose paranoïaque, dont le délire de persécution est la forme la plus classique.

 


PATHOLOGIE

Du grec pathos, “souffrance, passion” et logos, “discours”. Discipline ayant pour objet les troubles du comportement, de la conscience et de la communication. 

 

PERLABORATION
Processus qui rend compte des changements intrapsychiques chez le patient au fur et à mesure qu’il intègre les interprétations. Elle permet la fin de l’analyse. Processus par lequel un individu intègre une interprétation et surmonte les résistances qu’elle suscite. C’est un travail psychanalytique qui permet au sujet d’accepter certains éléments refoulés et de se dégager de l’emprise des mécanismes répétitifs. Elle est à l’œuvre à des moments de stagnation dans la cure et qu’une résistance, bien qu’interprétée, persiste. Corrélativement, elle est favorisée par des interprétations de l’analyste consistant à montrer comment les significations en cause se retrouvent dans des contextes différents. 

 

PERSONNALITE « COMME SI »

Terme introduit par H. Deutsch pour rendre compte de tableaux cliniques particuliers. Il s’agit de personnalités ne présentant pas de symptômes psychonévrotiques ni de traits de caractère ouvertement pathologiques et dont le comportement est bien adapté aux exigences de l’environnement. Cette apparente normalité est en contraste avec un manque d’authenticité et de chaleur, associé à une pseudo affectivité. Le monde extérieur est posé comme tel que le sujet ne peut que s’y soumettre. La réalité fait fonction de Surmoi si bien qu’en lieu et place d’un conflit intra-psychique, c’est le conflit entre le sujet et l’extérieur qui se révèle prévalent. 

 

PERVERSION

Déviation sexuelle par rapport à une norme (accès à l’orgasme par pénétration génitale). Quand l’orgasme est obtenu avec d’autres objets sexuels,ou par d’autres zones corporelles, quand l’orgasme est subordonné de façon impérieuse à certaines conditions extrinsèques (fétichisme, travestisme, voyeurisme, exhibitionnisme, sadomasochisme). 

 


PHOBIE
Du grec phobos, “peur”. Peur intense, irraisonnée et obsédante, relative à certains objets ou à certaines situations. Les plus connues sont l’agoraphobie, la claustrophobie et les phobies se rapportant aux animaux et aux humains. Le mécanisme de cette névrose est un conflit inconscient : c’est parce qu’il ne peut assumer ses pulsions que le sujet, pour nier leur réalité, déplace son angoisse sur un objet symbolique. 

 

 

PLAISIR
Du latin placere, “plaire, être agréable”. En psychologie, pôle de la vie affective caractérisée par la prise de conscience de la satisfaction d’une tendance. On distingue généralement les plaisirs physiques, qui proviennent soit de certaines propriétés des corps perçues par les sens externes (couleurs, sons, impressions tactiles, saveurs, odeurs), soit du corps propre (plaisir sexuel, jeu libre des organes), des plaisirs moraux dans lesquels les éléments d’ordre intellectuel, spirituel, social sont prédominants par rapport aux éléments sensibles et physiologiques. Freud postule que l’être humain recherche avant tout à écarter le déplaisir et à se procurer du plaisir. “L’évolution des processus psychiques est déclenchées chaque fois par une tension agréable ou pénible et s’effectue de façon à aboutir à une diminution de cette tension, c'est-à-dire à la substitution d’un état agréable à un état pénible.” Cependant, les difficultés du monde extérieur font que le principe de plaisir s’efface et cède la place au principe de réalité qui fait que, sans renoncer au but final que constitue le plaisir, nous consentons à en différer la réalisation et à accepter la douleur d’un déplaisir momentané pour y arriver. Le principe de plaisir est indissociable du mécanisme adaptateur et régulateur que constitue le principe de réalité.

 

 


PROCESSUS PRIMAIRE

Ensemble des lois régissant l’inconscient. (ex : A = non-A + ...)  PROCESSUS SECONDAIRE Ensemble des lois régissant le conscient et le préconscient, par exemple, la logique, la raison (A est différent de non-A).

 


PROJECTION

Action de jeter, de lancer en avant. En psychanalyse, la projection trouve son principe le plus général dans la conception freudienne de la pulsion. Il s’agit de rejeter au-dehors ce qu’on refuse de reconnaître en soi-même ou d’être soi-même. Mécanisme défensif par lequel le sujet attribue inconsciemment à autrui des sentiments de désirs. La projection est particulièrement utilisée par le paranoïaque. Il existe deux types de projection : - la projection spéculaire : je projette sur l’autre mon image (c’est la base de toute possibilité de communication), - la projection optative : je projette sur l’autre ce que je souhaiterais être en tant que mon idéal = je vois chez autrui des qualités que j’aimerais avoir.


PSYCHANALYSE

Discipline fondée par Freud et dans laquelle on peut distinguer trois (ou quatre) niveaux :  - une méthode d’investigation de phénomènes non observables directement, - une méthode psychothérapeutique fondée sur cette investigation et sur des théories, - un ensemble de théories du fonctionnement psychique humain normal et pathologique, fondé sur la notion d’un inconscient, - une cure, ou l’application des ces méthodes.

 

Retour au haut de la Page

 

PSYCHISME
Pour rendre compte des processus qui caractérisent la vie mentale et qui ne produisent des phénomènes de la conscience que dans certaines conditions. Freud propose le modèle d’un appareil psychique où des fonctions différentes s’exerceraient dans les différentes parties qui le constituent.


PSYCHOSE
Terme générique désignant les maladies mentales qui affectent la totalité de la conscience et aliènent la personnalité. Elle se traduit par divers symptômes, comme les hallucinations, les interprétations délirantes, l’autisme, l’altération des relations avec autrui et le retrait dans un univers singulier et clos. La psychose organique est liée à l’état général ou cérébral. La psychose fonctionnelle n’a pas de lésion organique décelable. Selon Freud, la psychose serait causée par une rupture originelle entre le Moi et la réalité, qui laisse le Moi sous l’emprise du Ça, le Moi reconstruisant ensuite une réalité conforme aux désirs du Ça. Les principales psychoses sont la schizophrénie, la paranoïa et la psychose maniaco-dépressive.


PSYCHOSE MANIACO-DEPRESSIVE
Maladie bipolaire qui provoque en alternance des accès de manies et de mélancolie. Le passage de l’un à l’autre représente un risque de passage à l’acte.


PULSION
Du latin pulsio, “action de pousser”, traduction de l’allemand Trieb. Concept limite entre le psychique et le somatique désignant une force inconsciente d’ordre biologique (faim, soif, besoin sexuel), douée d’une forte charge énergétique et orientant le sujet vers un certain objet pour lui donner satisfaction et “réduire” la tension produite par la pulsion (Trieb a d’abord été traduit par “instinct”). Freud distingue la pulsion de vie (Au-delà du principe de plaisir, 1920), qui comprend les pulsions sexuelles et d’auto-conservation, et qui relève du principe de plaisir (Eros), et la pulsion de mort, qui représente l’effort de l’être pour se soustraire aux tensions et retourner à l’état inorganique. Tournée d'abord vers l'intérieur et tendant à l'auto-destruction, elle serait secondairement dirigée vers l'extérieur se manifestant alors sous la forme de la pulsion d'agression ou de destruction (Thanatos). Il faut souligner, dans le cadre de cette dernière théorie des pulsions, l’importance de la notion de liaison. La liaison est la caractéristique majeure des pulsions de vie, par opposition à la pulsion de mort.


REFOULEMENT
Du latin fullo, qui “presse les étoffes”. Le refoulement est un mécanisme d’origine inconsciente qui entraîne puis cherche à maintenir en dehors de la conscience des représentations ou des affects qui sont incompatibles avec les exigences du Moi et du Surmoi du sujet. C’est le principal mécanisme de défense à l’œuvre dans l’hystérie, mais aussi le véritable promoteur de l’inconscient, qu’il constitue au fur et à mesure qu’il opère.

 

REGRESSION
Du latin regretio, “le retour”. Mécanismes psychologiques inconscients de défense du Moi par lesquels les sentiments, les souvenirs et les pulsions pénibles ou en désaccord avec la personne sociale sont maintenus hors du champ de la conscience.


RESISTANCE AU TRANSFERT
Du latin resistancia, de resistere, “ne pas avancer davantage, résister”. Fait de résister, d’opposer une force à une autre, de ne pas subir les effets d’une action. En psychanalyse, les résistances désignent l’ensemble des procédés langagiers et comportementaux qui entravent l’accession du sujet aux contenus de son inconscient. Elles s’expriment dans la cure avec des formes variées (silence) et constituent les limites de l’intervention thérapeutique.


RESISTANCE PAR LE TRANSFERT
Idéalisation du psychologue empêchant tout travail.
SADISME Du nom du marquis de Sade. Perversion qui consiste à prendre plaisir à faire souffrir autrui physiquement ou moralement, ou à l’asservir et à le dominer.


SADO-MASOCHISME 
ssociation des pulsions agressives dirigées contre autrui ou contre soi-même. En psychanalyse, c’est l’alternance ou le mélange, chez le même sujet, d’un besoin, pour trouver la jouissance, de faire souffrir le partenaire et de rechercher sa propre souffrance. Les tendances sadiques et masochistes sont le plus souvent imbriquées.


SCENE PRIMITIVE (OU ORIGINAIRE) Freud créé ce terme en 1897 pour désigner certaines expériences infantiles traumatisantes. C’est un fantasme du rapport sexuel entre les parents dont l’enfant serait le produit. Elle est généralement décrite comme une scène de violence. C’est dans “L’homme aux loups” (1918) que l’observation du coït parental est décrite sous le nom de “scène originaire”.


SCHIZOPHRENIE
Du grec schizein, “couper”. Etat pathologique caractérisé par une rupture de contact ambiant, le retrait de la réalité. Pensée autistique. SIGNE PATHOLOGIQUE Du grec pathognomikos, “qui connaît la maladie”. Un symptôme qui se rencontre seulement dans une maladie déterminée et qui suffit à établir le diagnostic.


SIGNIFIANT
Entité expressive à laquelle est associé un concept. Par extension, il désigne la face expressive de toute unité sémiotique (indice, signal, symbole). Forme concrète du signe linguistique. 

 

SOUVENIR ECRAN
Concept introduit précocement, puis “oublié” par Freud, pour désigner une catégorie particulière de souvenirs d’enfance. Il s’agit de souvenirs très précis quant à leurs qualités sensorielles et d’un contenu apparemment insignifiant. Pour Freud, ils condensent l’essentiel de la vie sexuelle infantile du sujet.

 

STADE DU MIROIR
Au Congrès international de psychanalyse de Marienbad, en 1936, Lacan décrit le moment où l’enfant appréhende pour la première fois son unité et sa singularité corporelles dans l’expérience de reconnaissance de sa propre image dans le miroir. Le stade du miroir constituerait en quelque sorte la matrice du Moi du sujet.

 


SUBLIMATION
Du latin sublimare, “élever”. En psychanalyse, c’est un mécanisme inconscient ayant pour effet de dériver la libido vers des activités socialement et culturellement valorisantes. Freud éclaire en partie le travail artistique et intellectuel en en faisant le résultat de l’énergie sexuelle dérivée vers des buts artistiques. 

 

 

SURMOI
De l’allemand Überich, terme créé par Freud et introduit dans Le Moi et le Ça en 1923. Le Surmoi est l’une des instances de la personnalité telle que Freud l’a décrite dans le cadre de sa seconde théorie de l’appareil psychique. Il est souvent assimilé, à tort, à la conscience morale. Le Surmoi est en fait une instance inconsciente née de l’intériorisation des interdits familiaux. Pour Freud, il est l’“héritier du complexe d’Œdipe”. M. Klein a introduit la notion d’un “Surmoi” précoce particulièrement dur et cruel avec le sujet. 

 


SYMPTOME
Phénomène perceptible qui révèle un processus caché envisagé en terme de conflit. Le symptôme peut être conçu comme une réaction de l’organisme à un agent pathogène.


SYNDROME
Du grec sundromê, “réunion”. Ensemble des symptômes qui caractérisent une maladie.

 


TOPIQUE
Du grec topikos, qui concerne le lieu, topos. Description de l’appareil psychique en différents systèmes obéissant chacun à des lois propres et où se localisent des phénomènes spécifiques. Dans une première topique (1895), Freud distingue les trois systèmes : inconscient, préconscient, conscient. Dans la seconde topique (1920), il distingue les trois instances, Ça, Moi, Surmoi, qui ne viennent pas se substituer à la première mais apportent un éclairage différent sur le fonctionnement de la psyché.

 


TRANSFERT
Du latin, au sens propre, “il transfert”. Désigne le processus par lequel les fantasmes inconscients s’actualisent au cours de la cure et s’extériorisent dans la relation avec le psychanalyste. Les deux concepts de répétition et de déplacement sont essentiels. Le transfert est un agent du processus thérapeutique. 

 

TRAUMATISME
Choc violent, susceptible de déclencher des troubles somatiques et psychiques. Freud appelle traumatisme tout événement qui perturbe l’équilibre affectif d’une personne et provoque la mise en œuvre de mécanismes de défense.Il se caractérise par un afflux d'excitations excessif relativement à la tolérance du sujet et à sa capacité de maîtriser et d'élaborer psychiquement ces excitations. C’est un événement de la vie du sujet caractérisé par son intensité, par l’incapacité où le sujet se trouve d’y répondre adéquatement, par le bouleversement et les effets pathogènes et durables qu’il provoque dans l’organisation psychique (intensité du trauma). En terme d’économie psychique, le traumatisme se caractérise par un afflux d’excitation qui est excessif par rapport à la tolérance du sujet et sa capacité à maîtriser et élaborer psychiquement ses excitations. 

Le traumatisme est à la fois psychique et corporel. Sur le plan psychanalytique, il y a 3 points importants : Le choc. L’effraction, Les conséquences sur l’organisme. 

 

 

TROUBLES REACTIONNELS
Troubles de la conduite consécutifs à une situation existentielle dramatique. L’angoisse due à un événement traumatique submerge l’individu, qui, incapable d’y faire face, réagit selon son tempérament, par des crises, des sanglots, ou le suicide. 

 

 

Référence Geopsy

Selon Mélanie Klein, l’angoisse de cas
tration provient de la projection
faite par l’enfant de sa propre agre
ssivité. Freud fait de l’angoisse de
castration le moteur de la résolution du complexe d’Œdipe chez le petit
garçon.

COORDONNEES

CABINET PSYCHOTHERAPIE PARIS
3 RUE DAREAU 
75014 PARIS

 

Messagerie :
accueil@cabinet-psy-paris.fr
 
Josiane GUEDJ 
Tél : 06 07 02 26 14


Laurence CHRIQUI 
Tél : 07 69 35 94 51

MENTIONS LEGALES

 

N° ADELI : 759318777
N° SIRET :  81042715300012
APE :  8690F

En savoir plus »

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Consultations sur rendez-vous
Horaires: Du lundi au samedi
de 8h00 à 21h00
Accessibilité PMR

 

Métros : 
Denfert-Rochereau (ligne4)
Saint-Jacques (ligne6)
Glacière (ligne6)

RER :  B  -  Orlybus
Bus : 38-68-88-62-21

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Copyright CABINET DE PSYCHOTHERAPIE DE PARIS